Collection en mouvement, Horizons, La Bergerie, Moutier d'Ahun

La Bergerie

18 rue de la Bergerie
23150 Moutier d'Ahun

LogoFacLim

 

Exposition du 2 au 28 mai 2017

Présentation de l'exposition jeudi 4 mai 2017 à 18h30

  • Daniel Firman, Horizon/Horizontal, 1999 Photographie couleur, 30 x 45 cm
    Collection FRAC Limousin / © D. Firman


Œuvres des collections de l'Artothèque du Limousin et du FACLim.
Florent CONTIN-ROUX, Daniel FIRMAN, Franck GERARD, Frédérique LUCIEN, Richard MONNIER, Julian OPIE, Xavier ZIMMERMANN.


L’association des Amis du Mouthier d’Ahun ayant choisi le thème de l’horizon pour son festival 2017, l’occasion nous est donnée de réunir un ensemble d’œuvres autour de ce concept.

A la définition simple du terme, « la limite de ce que l’on peut observer, du fait de sa propre position ou situation », on associe très vite la notion de paysage et plus précisément, cette limite qui semble séparer le ciel de la terre ou de la mer. En consultant Wikipedia, on s’aperçoit que le terme horizon peut être associé à de très nombreux domaines, tandis qu’au sens figuré, il suggère l’idée d’avenir et de perspectives.

En explorant la catégorie « Paysages » de nos collections, nous avons retenu des œuvres essentiellement photographiques. Des photographies qui ressemblent à des tableaux ; d’autres où la dimension graphique est très présente ; certaines qui sont oblitérées par la peinture ; d’autres, enfin, qui explorent sa capacité à saisir l’instant et à proposer d’autres perspectives spatiales.

Le Paysage français de Xavier Zimmermann (né en 1966) met en évidence la ligne d’horizon d’un paysage ordinaire en donnant énormément d’importance au ciel. Le photographe autodidacte rejoint ici certaines préoccupations picturales (il cite volontiers Sam Francis).

L’oeuvre de Franck Gérard (né en 1972) cadre un fragment de paysage au bord du Lac de Vassivière de façon à ce que la ligne d’horizon et le morceau de paysage décrit se reflètent à la surface du plan d’eau, au milieu de la composition. Les valeurs subtilement contrastées des noirs et des gris et les tonalités très proches du ciel et de son reflet (la surface du lac) accentuent la dimension graphique de l’image.

La longue photographie en noir et blanc Belledone (1999) de Richard Monnier (né en 1951) fait partie des nombreuses expériences que ce sculpteur a tenté avec la photographie. Contrairement aux apparences, cette image a été prise face à un mur crépi où l’humidité a pénétré par capillarité et dessiné une ligne d’horizon très accentuée. L’averse de neige au devant de l’image, le format panoramique et le titre attribué contribuent à nous tromper. Deux autres photographies plus anciennes, Point du jour (1987), furent obtenues par la prise de vue répétée et superposée de plusieurs levers de soleil sur les mêmes chaines de montagne.

L’artiste allemand Rolf Julius (1939-2011) a commencé ses premières recherches par des expériences photographiques. Attentif aux liens avec son environnement, il a réalisé ces séries de macro-photographies à la fin des années 70 en cadrant précisément des détails de son avant-bras.
Chaque image en noir et blanc est ainsi divisée en deux parts égales : en bas, une parcelle de corps où quelques poils épars font office de végétation ; en haut une zone plus claire qui remplace le ciel (et l’air).
Au début des années 80, il séjourna à New-York, rencontra l’avant-garde musicale américaine de l’époque et développa un travail de sculpture sonore tout à fait singulier.

Florent Contin-Roux (né en 1975) est un peintre autodidacte qui travaille souvent à partir de photographies. Par la peinture, il active la mémoire enfouie dans de vieux clichés tirés de ses archives personnelles ou puisés sur internet. Les deux œuvres présentées ont été peintes sur des clichés qu’il a lui-même photographiés et fait tirer sur bâche. L’application de peinture acrylique sur cette image et ce support permet à l’artiste d’y apporter du mystère, de l’étrangeté.

La Ligne de mer de Frédérique Lucien (née en 1960) utilise les ressources de l’encre lithographique sur plaque d’aluminium pour son rendu lumineux très subtil. La qualité de ce support léger et rigide lui permet d’allonger à l’extrême le format de cette œuvre (quatre mètres de long) tout en conservant les mêmes intensités colorées d’un bout à l’autre.

La série de trois photographies de Daniel Firman (né en 1966) correspond à trois moments d’une prise de vue où l’artiste vêtu de noir manipule des tuyaux et des coudes de PVC d’un jaune vif dans un environnement blanc et neutre (son atelier). Chaque image montre une posture du corps et des éléments dont il est le support, rendant la lecture du mot horizon plus ou moins aisée. Le cadrage et le fond blanc remettent en jeu l’horizontalité et la verticalité de chaque situation.

Yannick Miloux, avril 2017

Opération réalisée par le FRAC-Artothèque du Limousin et le FACLim, en partenariat avec La Bergerie SAMA.

United Kingdom Free Bets Bookmakers
Revew WillHill Here 100% bonus

Ladbrokes check here

Review Betfairclick here bonus